Il sait qu’s’il lit, il sera plus sexy

D’après une enquête, nouveau marronnier de la lecture (avec Les jeunes ne lisent plus !) il sait que s’il lit, il paraitra plus sexy. Il sexy lit.

Derrière le vertige dyslexique, c’est une métamorphose. Ce rat mort de bibliothèque n’est plus. Notre amour, ce rat mort, jamais plus. Notre amour sera mort, jamais plus.

Never more. Never mort.

Entre L’Amour au temps du choléra et Cent ans de solitude.

Les lecteurs pourraient donc tirer la couverture à eux. En chaque héros couverait un Éros. Cupi’don d’ubiquité. Les grands lecteurs seraient jugés plus attirants.

Oui, peut-être… Lire la suite « Il sait qu’s’il lit, il sera plus sexy »

Publicités

A lire un 17 septembre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

518E97JEYQL._SX323_BO1,204,203,200_« Quant à J.-T. Maston, on put croire que sa dernière heure était venue.

En effet, une foule délirante pénétra dans sa prison, le soir du 17 septembre, avec l’intention de le lyncher, et, il faut bien le dire, les agents de la police ne lui firent point obstacle.

La cellule de J.-T. Maston était vide. Avec le poids d’or de ce digne artilleur, Mrs Evangélina Scorbitt était parvenue à le faire échapper. Le geôlier s’était d’autant plus laissé séduire par l’appât d’une fortune, qu’il comptait bien en jouir jusqu’aux dernières limites de la vieillesse. En effet, Baltimore, comme Washington, New-York et autres principales cités du littoral américain, était dans la catégorie des villes surélevées, mais auxquelles il resterait assez d’air pour la consommation quotidienne de leurs habitants. »

Sans dessus dessous de Jules Verne (1889)

A lire un 15 septembre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

index« 15 septembre

Je me réveillai et me réveillai encore sans cesse, mais lorsque je fus en vie pour de bon, le filet antimoustique de l’entrée était gris et fixe. Drew était profondément enfoncé dans son duvet, la tête tournée de l’autre côté. Je restai allongé, torche toujours en main, et essayai de donner forme au jour. Il était façonné par la rivière, mais avant que nous y retournions d’autres choses étaient possibles. Ma pensée principale était que je me trouvais en un lieu où aucune – presque aucune – de mes manières ordinaires de vivre ma vie ne fonctionnerait. Je n’avais aucune habitude en laquelle puiser. Était-ce cela, la liberté ? me demandai-je. »

Délivrance de James Dickey (2013)

 

La voix de Michel Bouquet

Les auditeurs de France Culture et de France Inter la croisent régulièrement. Les émissions d’histoire ont toujours un document à l’appui de leur discours serti de la mention « Lu par Michel Bouquet. »

C’est une voix au service public. En 1963, c’était, déjà, sa voix qui faisait la promotion de l’O.R.T.F.
Trop F.O.R.T, le Michel Bouquet.

 

Lire la suite « La voix de Michel Bouquet »

A lire un 14 septembre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

a-la-recherche-du-temps-perdu-tome-5-la-prisonniere-676917-264-432« Derrière tel regard, à la place de la bonne pensée que j’avais cru y voir autrefois, c’était un désir insoupçonné jusque qui se révélait, m’aliénant une nouvelle partie de ce cœur d’Albertine que j’avais cru assimilé au mien. Par exemple, quand Andrée avait quitté Balbec, au mois de juillet, Albertine ne n’avait jamais dit qu’elle dût bientôt la revoir, et je pensais qu’elle l’avait revue même plus tôt qu’elle n’eût cru, puisque, à cause de la grande tristesse que j’avais eue à Balbec, cette nuit du 14 septembre, elle m’avait fait ce sacrifice de ne pas y rester et de revenir tout de suite à Paris.  »

La Prisonnière de Marcel Proust (1923)

A lire un 13 septembre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

005368845« – Ceci concerne les circonstances de la mort de M. Emraldov, dit-il. Aussi laissons de côté pour un temps les considérations de bienséance. Dites-moi, où et avec qui étiez-vous le soir et la nuit du 13 septembre ?

Le minois tout en taches de son de la Linotova se fendit d’un sourire benêt.

— Oh oh ! Ainsi, à votre avis, j’ai l’air d’une femme qui peut n’être pas seule la nuit ? C’est presque flatteur. »

Le monde entier est un théâtre de Boris Akounine (2013)