IVO ANDRIC (1892-1975), ZÉRO BUT

Modric ? Perisic ? Rakitic ? Mandzukic ? Non, Andric. Et « zéro but » ? Peut-être. Mais c’est une façon de parler.

Andric est un numéro 10 en littérature : c’est le Prix Nobel de 1961, date à laquelle il fut coopté par l’équipe de Stockholm.

Il est croate…enfin…il est presque croate…C’est compliqué par là-bas.

Lire la suite « IVO ANDRIC (1892-1975), ZÉRO BUT »

ON N’EST PAS EN FINALE, ON LE DEVIENT

En juillet, le 15, il n’y aura pas de France-Angleterre. Normal, ce n’est pas le XV et ce n’est pas du rugby. Le 15, c’est France-Croatie. Ces initiales de Finale, F.C, sentent leur Football Club.

Il ferait beau voir que la finale n’oblige plus au beau jeu. Beauvoir !

‘L’important c’est de participer’ et ‘Que le meilleur gagne sont dans un bateau’, les deux tombent à la bière. Pince-moi je rêve ! ou le chauvinisme est un naufrage. La patrie est triste.
Les joueurs sont bons, mais l’équipe est-elle bonne ?
Lire la suite « ON N’EST PAS EN FINALE, ON LE DEVIENT »

PROUST FAIT PEUR AUX OISEAUX

La façade de la gare de Cergy-le-haut arbore le visage de Marcel Proust. Proust-En-Haut.
Marcel me harcèle ! s’exclament les oiseaux qui, le voyant, font demi-tour.
Les oiseaux sont sauvés. Ils ont pris de l’auteur.
Mission accomplie : le visage de l’écrivain est là pour empêcher les trop zélés de se fracasser, hagards, sur la vitre de la gare.
Si Verrières a été rendue célèbre par Stendhal, dans son Rouge et le Noir, la verrière de Cergy obtient sa notoriété grâce à Marcel Proust.

Lire la suite « PROUST FAIT PEUR AUX OISEAUX »

ALAN MOORE : À LUI SEUL BIEN UN PERSONNAGE

Quelques auteurs sont de bons clients pour les médias. Ils dépassent tellement les marges qu’ils ont besoin de couvertures, de suppléments, de dossiers pour les contenir. Leur prose se fait physique.

Il y eut Jim Harrison. Alan Moore, c’est pas mal non plus.

C’est le jackpot des mots, les périphrases s’imposent, les groupes nominaux s’allongent.

Lire la suite « ALAN MOORE : À LUI SEUL BIEN UN PERSONNAGE »

SES YEUX SONT VIOLETS : LE ROMAN EST DE CHANDLER

« Je suis désolé pour les romanciers quand ils doivent mentionner la couleur des yeux des femmes : il n’y a pas beaucoup de choix…Ses yeux sont bleus : innocence et honnêteté. Ses yeux sont noirs : passion et profondeur. Ses yeux sont verts : violence et jalousie. Ses yeux sont bruns : sûreté et sens communs. Ses yeux sont violets : le roman est de Raymond Chandler. » (Le Perroquet de Flaubert, Julian Barnes)

« Ses yeux sont violets : le roman est de Raymond Chandler » ?

Lire la suite « SES YEUX SONT VIOLETS : LE ROMAN EST DE CHANDLER »