Avoir 64 ans n’est pas donné à n’importe lequel des Beatles

« When I’m sixty-four »

64. Soixante-quatre. Soixante claques ? Non, ce n’est ni un Shock Corridor, ni une réforme des retraites.

64, sixty-four, c’est dans le titre d’une chanson. Celle d’un groupe qui se reforme dès qu’on l’écoute : les Beatles.

Lire la suite « Avoir 64 ans n’est pas donné à n’importe lequel des Beatles »

En tant que/En tank

Il n’aime pas l’expression « en tant que ». Elle lui semble lourde et pour le dire clairement lui fait l’effet d’un tank (tant-que). C’est l’argument rouleau-compresseur.

« Tant que »…il entend que…tank.

Quand il entend cette expression, il se retrouve fugitivement projeté à Tian’anmen. Avec sa petite chemise blanche ou son tee-shirt et il sait qu’il ne fait pas peur.
Heureusement, ce ne sont que des mots.

Lire la suite « En tant que/En tank »

La nuit dernière, j’ai rêvé que je voyais Alfred Hayes

La nuit dernière, j’ai rêvé que je voyais Alfred Hayes

Un jour, un homme sauve une femme de la noyade.

Un homme. Une femme. Chabadabada ? Non il s’agirait de sauver Alfred Hayes de l’indifférence.

Alfred Hayes, c’est le nom du romancier. Les personnages ? On ne sait pas comment ils se nomment.

Lire la suite « La nuit dernière, j’ai rêvé que je voyais Alfred Hayes »

Barbara Kingsolver et des femmes dans la grande grève

Barbara Kingsolver est depuis longtemps Kingsolvable. Ses romans sont attendus, encensés, mainstream.

Avant cette fiction, l’autrice se cogna au réel. 

C’est un livre fondateur de son œuvre de fiction (elle le dit elle-même dans sa préface) qui sort ces jours-ci dans une première traduction en français. 

Lire la suite « Barbara Kingsolver et des femmes dans la grande grève »