John Burnside : Thé ou Café ?

John Burnside est un auteur écossais, de la même île au trésors que Stevenson. Il a écrit un livre, dont la couverture de la traduction française pose cette question essentielle : Thé ou café ?
La couverture ?
Non, les couvertures.
Il y a en eu deux.

Thé ?
Ou café ?
Lire la suite « John Burnside : Thé ou Café ? »

Petits (ou moins petits) livres rouges

Un lâcher de livres rouges issus de ma bibliothèque. Petits ou moins petits. De quoi être, peut-être, un peu moins lâche et un peu plus rouge. Ou poète. Ou tout autre chose…Rappelons tout de même qu’on ne peut juger un livre à sa couverture.

Lire la suite « Petits (ou moins petits) livres rouges »

Juger un livre à sa couverture

R-4328031-1383241796-3815.jpeg« You can’t judge a book by looking at the cover » chantait avec succès Bo Didley en 1962 (chanson enregistrée à Chicago, la ville de Saul Bellow, search results will appear Bellow). Pas plus, ajoutait-il, qu’on ne peut juger une pomme à son arbre ou du miel à une abeille, etc. (ni une couverture de livre à la pomme et à l’abeille qui figurent dessus)

Juger un livre à sa couverture ?

Lire la suite « Juger un livre à sa couverture »

COUVRIR LES LIVRES DES YEUX

On dit des journalistes qu’ils couvrent des événements. C’est leur mobilité professionnelle qui veut ça. C’est une question de lieux. Il faut bouger. C’est usant. Reporter d’images ? Il respecte, voire il admire, mais il préfère le texte.

Lui, sans bouger de chez lui, couvre ses livres des yeux.

Lire la suite « COUVRIR LES LIVRES DES YEUX »