Dans ce film, on se prête des bouquins et c’est bien

Antoine et Antoinette

C’est un film dont le titre lui était familier. Un côté truffaldien. Mais c’est pas Doinel, mais un Antoine d’à côté. À côté de celle qu’il aime, Antoinette.

Il a eu envie de le voir après avoir découvert un livre intitulé Sept ans de cinéma français (sur le cinéma de 1946 à 1952). Un livre sorti en 1953 et qui célèbre entre autres ce film de Jacques Becker datant de 1947.

Lire la suite « Dans ce film, on se prête des bouquins et c’est bien »

873 livres

Dans un roman policier lu récemment (Il n’y a plus de passé simple de François-Henri Soulié, un bon roman, entre Le Poulpe, Umberto Eco et Rouletabille), le personnage principal, Skander Corsaro, s’est amusé à compter le nombre de livres qui constituent sa bibliothèque personnelle dans sa bibliochambre. Il en a 873.

Lire la suite « 873 livres »

Merci Monsieur Pennac

Pennac

Bien sûr qu’il en a lu du Pennac ! Prof, il en a même fait lire à ses élèves. Et justement…Il en avait toujours voulu à l’écrivain d’avoir déclaré que le verbe ‘lire’ ne supportait pas l’impératif (Comme un roman, 1992). Ah ! cette phrase, comme elle plaisait à ceux qui dissimulaient leur refus de lire derrière un manque d’envie pour les livres proposés. « J’aime pas ce livre », comme un cheval de Troie à la tête de mule. Lire la suite « Merci Monsieur Pennac »

L’AUTEUR LE PLUS VOLÉ AUX USA

cvt_Apporte-moi-de-lamour_2941Dans un article de journal, il découvre l’existence de la périphrase : « L’auteur le plus volé aux USA. »

Cet auteur, c’est Charles Bukowski (1920-1994), écrivain à jamais associé, en France, à Cavanna et à son apostrophe à Apostrophes : « Ta gueule, Bukowski » (et le grand barbu n’avait pas volé le reproche d’avoir trop bu-kowski). Bukowski, c’est, comme on dit, une figure de la contre-culture, mais au titre contre-productif pour les librairies.

Lire la suite « L’AUTEUR LE PLUS VOLÉ AUX USA »