Des causes de la fin de l’Empire romain, des années qu’on en cause.

Depuis ce film de 1986 avec Jeff Bridges, on sait qu’il y a Huit millions de façons de mourir. Paul Simon nous a appris, bien avant, en 1975, qu’il y avait cinquante façons de la/le quitter, 50 ways to leave your lover.  
On explique un départ. Pourquoi pas une chute.
Celle de l’Empire romain, par exemple. 

Lire la suite « Des causes de la fin de l’Empire romain, des années qu’on en cause. »

Mes pas. N’importe lequel.

Au hasard des noms de rues et des Non, je trace mon chemin et je me barre. Je trace deux traits rageurs, tag en forme de ta gueule.

Le temps d’une rencontre. « Et toi, c’est quoi ton petit non ? » Le temps d’une attente. Contre un mur ou contre toute attente.

Lire la suite « Mes pas. N’importe lequel. »

La force du mou (pour éviter l’amorce du fou)

La force du mou pour éviter l’amorce du fou.

La reprise, le redressement, la réforme, la planification, les objectifs, la start-up, les mots sont minés.
Ils sont minés et ne sont pas mous dans leur signifiant. Action-men et Super-Héros.
Quoi ? Ce serait mal d’être molle/mou ? Au contraire, il s’agirait de faire dans le dur ? En mode Duracell, longtemps, longtemps, longtemps…

Lire la suite « La force du mou (pour éviter l’amorce du fou) »

La force du mou (et l’amorce du fou)

« Salvador Dali aurait-il pu peindre des haches molles ? Sans doute. » (in La Hache, éd. du Murmure)

https://www.editions-du-murmure.fr/coll…/s446889p/La-Hache

Nom d’une hache, je lis La force du mou de Géraldine Mosna-Savoye et c’est très bien. J’en reparlerai bientôt ici.

Un sujet étonnant.

Le titre s’anagramme en L’amorce du fou. Un projet pas si fou et qui vaut bien les chaussettes, les sourcils, la hache ou autre…

Les sourcils de Jack Nicholson

Alors que sort, aux éditions Complicités, un livre sur les sourcils, il pense à Jack Nicholson.

On est en 2013. C’est une interview de Leonardo di Caprio. L’acteur passe à la télé japonaise et il est en pleine promotion du Django Unchained de Tarantino. Voilà qu’à la demande de l’animatrice qui a l’air fan, Di Caprio se lance dans une imitation de Jack Nicholson, son partenaire des Infiltrés de Martin Scorsese.

Lire la suite « Les sourcils de Jack Nicholson »

Vingt-sept lettres de la vie d’une femme

Le titre de cette note de lecture emprunte à l’œuvre de Stefan Zweig pour parler de Virginia Woolf.

Ce livre offre aux lecteurs quelques lettres d’une célèbre femme de lettres, Virginia Woolf.

Ce sont des lettres à des amies. « Tout ce que je vous dois ». Des lettres qui courent de 1906 à 1941 (et au milieu deux guerres). En plus de l’introduction offerte au début du livre, chaque lettre est précédée d’un paratexte en italique qui situe, contextualise.

Lire la suite « Vingt-sept lettres de la vie d’une femme »

Des héroïnes grecques qui coachent beaucoup de cases

J’ai, depuis longtemps, un livre intitulé Sénèque pour managers. C’est une succession de citations du philosophe romain à appliquer dans le monde de l’entreprise.

Ce que les mythes d’hier peuvent dire à notre monde moderne, voilà une idée répandue. C’est encore mieux quand elle est appliquée dans un livre.

Lire la suite « Des héroïnes grecques qui coachent beaucoup de cases »

Sujet de réflexion : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde » (vous avez une heure)

Les professeurs de français ont l’habitude d’interroger les textes, les phrases, les mots. L’explication de texte, l’explication linéaire, ils connaissent.

Ce petit livre ne porte pas sur un livre, un poème, mais sur une phrase. Une simple phrase.
Une simple phrases aux ramifications complexes.

Lire la suite « Sujet de réflexion : « On ne peut pas accueillir toute la misère du monde » (vous avez une heure) »