Joie Bden (bafouille d’émotion)

Joie Bden au lieu de Joe Biden, comme dans une frappe trop rapide. Des doigts qui courent sur le clavier dans une trépidation galvanisante qui éloigne un peu du chaos.

Les détestables frappes sur twitter, le bruit et la fureur d’un monde tout en coups de menton s’effacent peu à peu.

Sleepy-Joe réveille les USA. 

De son vieux pays, la France, de son vieux continent, l’Europe, il se rejouit.

Il a de quoi l’être. Et une lettre se réjouit avec lui. Un I qui glisse, qui se faufile, qui révèle un mot monosyllabique et simple : Joie.

100 jours et quelques et Joe Biden devient Joie Bden.

Le lapsus claviardi a parlé. Il a une touche avec un monde moins sinistre. Loin de l’impeachment du précédent Potus qui s’est pas fait pécho, un monde qui avance en mode bidenomic.

Bien sûr les mots manquent encore pour bien articuler ce qui se passe. Il faut attendre que le concret suive cette abstraction plaisante, galvanisante, inespérée. 

Joie, comme un point sur le i, la preuve qu’on peut.

Joe Biden s’anagramme aussi en Job dénié.

Oui, ce job dénié à un Trump-hyper-super-bowl ronflant par un Sleepy-Joe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s