Une nuit nous prendrons des trains qui partent

Sédentaire ? C’est dans le train que ça se jouerait désormais.
Le train de nuit revient. Un train buissonnier, des chemins de fer de traverse. Dans un compartiment, couchés, pour traverser le pays, les pays. Pas une nuit, sans une ligne.

Haut et bas. Trains de nuit abandonnés à cause d’une mauvaise rentabilité financière ; trains de nuit relancés grâce à une rentabilité écologique.

Un lent train pour retrouver l’entrain de voyager. Vivre son voyage, avoir conscience qu’on va loin. Mais Paris-Vienne en 15 heures, ça fait sourire les pressés, ceux qui veulent toutes les destinations à un jet de puce.

Avion vs Train.

« Le train de nuit » s’anagramme en « duel itinérant« .

Ainsi, l’avion le cèderait au train. La honte de voler à la fierté de rouler. TrainBrag, fierté de prendre le train. Tendance ferrée qui fait rage. Tendance ferrée et ferry, quand l’aéroport est transformé en arrêt au port. Flygskam. Un train en marche va plus loin pour le climat qu’un avion en vol. C’est pas le Suédois qui prend l’avion, c’est la honte qui prend le Suédois.

En Europe, la trainsition écologique est en marche. Et la vie du rail fait travailler du chapeau. L’imaginaire est électrisé : l’Orient-Express et le Transsibérien ! Et le Blue Train de Coltrane. Et la mémoire revient…Qui se souvient de La Madone des sleepings (quel titre !) de Maurice Dekobra avec sa femme fatale des trains couchettes.

Ce biais écologique séduit. Reste la question cruciale du billet, du prix du trajet.

5 commentaires sur “Une nuit nous prendrons des trains qui partent

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s