Bonne heure littéraire : 22h20

À lire à l’heure

« Ici, ils se couchent tous à huit heures comme les poules. Je ne me suis jamais couchée avant dix heures vingt, quand passait le rapide pour Atlanta. Remarquez, ici, moi aussi je me couche à huit heures et j’éteins la lumière, mais c’est pour ne pas déranger Mrs. Otis, parce que je ne m’endors jamais avant d’avoir entendu siffler le vingt-deux heures vingt. On peut l’entendre à travers toute la ville. Notez que c’est peut-être seulement dans ma tête que je l’entends siffler, mais ça ne fait rien, parce que pour moi le sommeil me prend toujours à cette heure-là. »

Beignets de tomates vertes de Fannie Flagg