Bonne heure littéraire : 10h00

À lire à l’heure

510OAoVkJYL._SX210_« — Quand touche-t-on le fric ? demanda Lee Lowell.

— Demain matin, répondit Socks. S’il y en a qui veulent rester ici cette nuit, les enfants, faites comme d’habitude. Mais si vous préférez partir tout de suite, personne ne vous en empêche. Le fric sera à votre disposition à partir de demain matin à dix heures. Et maintenant, je vous dis au revoir… faut que j’aille au commissariat. »

On achève bien les chevaux d’Horace Mccoy

Autant en emporte Taratata !

Pour couper court aux discussions, Scarlett O’Hara, l’héroïne du roman de Margaret Mitchell, utilise l’expression « Taratata ! » Un mot composé de trois lettres seulement, aux redoublements enfantins.

Taratata ! quand Scarlett parle français. C’est Fiddle-dee-dee dans la version originale (on passe à cinq lettres). Lire la suite « Autant en emporte Taratata ! »

Bonne heure littéraire : 15h45

À lire à l’heure

CVT_La-faille-souterraine-et-autres-enquetes_6671« Il se leva. Quinze heures quarante-cinq au réveille-matin. Il avait dormi plus de deux heures. Il s’attabla dans la cuisine et dressa une liste de courses ; Mona avait promis de rapporter à boire de Copenhague. Il glissa le papier dans sa poche, prit sa veste et referma la porte derrière lui.
Sur le palier, il se figea. La porte de son voisin était entrebâillée. Plutôt surprenant dans la mesure où le voisin était un type très farouche, qui avait fait installer une deuxième serrure pas plus tard qu’au mois de mai. Wallander faillit passer son chemin. Puis il décida de frapper, à tout hasard. »

La Faille souterraine d’Henning Mankell

Bonne heure littéraire : 03h30

A lire à l’heure

« Sur la façade de l’immeuble, une fenêtre ou deux étaient éclairées. Mallory leva un bras et consulta la montre bombée qu’il portait au poignet. Les aiguilles faiblement lumineuses annonçaient trois heures et demie. Dans la voiture, il se retourna et dit :
— Donnez-moi une dizaine de minutes. Puis montez. Je vais m’occuper des portes. »

Les maîtres chanteurs ne tirent pas de Raymond Chandler

Bonne heure littéraire : 06h17

A lire à l’heure
cvt_Coeurs-solitaires_5974Resnick mit un moment pour se rendre compte que l’un des chats était assis sur sa tête. Sur Radio Four, une voix féminine l’entretenait vainement du prix des pommes de terre, Maris Piper.
« Fiche le camp, Dizzy. »
Il changea doucement de position, renversant le chat sur l’oreiller, et vit que l’horloge digitale marquait 6h17. Un deuxième chat, répondant au nom de Miles, ronronnait, blotti dans le creux du V formé par les jambes de Resnick, sous les couvertures.
« Ça suffit, Dizzy ! »
Cœurs solitaires de John Harvey (1993)

Bonne heure littéraire : 14h40

À lire à l’heure

51A6TBK56QL._SX210_« Elle le relisait pour la sixième fois, quand ses regards s’arrêtèrent sur la rubrique Éclipses. Elle y apprit qu’au cours de cette année, qui était la mille neuf cent et douzième après la naissance du Christ, il y aurait une éclipse de soleil le 17 avril. Cette éclipse devait commencer à douze heures vingt de l’après-midi et se terminer à quatorze heures quarante et embrasser neuf douzièmes du diamètre solaire. »

Des trolls et des hommes de Selma Lagerlöf