A lire un 14 octobre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

3289-M-as-tu-vu-en-cadavre-2« Qu’à une semaine d’intervalle — nous étions le vendredi 14 octobre —, deux personnes mêlées aux choses du théâtre entrent en rapport — indirectement et directement — avec moi, j’y vis comme un signe. Un bon signe pour Nestor. »

M’as-tu vu en cadavre ? de Léo Malet (1956)

Publicités

A lire un 13 octobre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

L-enfant-aux-cailloux » Notes du mardi 13 octobre

(Jour de convocation des Desmoulins au bureau d’aide sociale)

02 h 50 – Réveillée en pleine nuit par le bruit d’un cintre tombé sur le sol de ma chambre. Trouvé le cintre à trente centimètres du lit. Impossible d’expliquer comment il a pu arriver là alors qu’il était accroché à une patère fixé derrière la porte à presque deux mètres. De grandes difficultés à me rendormir avant l’aube. Toujours ce chuintement la nuit au-dessus de ma tête. Pas pris une seule souris. »

L’Enfant aux cailloux de Sophie Loubière (2014)

A lire un 9 octobre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

CharnyDUMASrec« Le 9 octobre, s’opérait un grand changement. Aux termes de la loi nouvelle, il n’y avait plus de commandant général de la garde nationale. Le 9 octobre, La Fayette devait donner sa démission, et chacun des six chefs de légion commanderait à son tour. »

La Comtesse de Charny d’Alexandre Dumas (1852)

A lire un 8 octobre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

61m3DVVH9YL« Jeudi 8 octobre 1908 Si fatiguée, je suis si fatiguée… Passé la matinée au lit. Mais mon malaise n’est rien comparé à l’inquiétude que ressent Jack à propos de ses mains. Nous désirons par-dessus tout rejoindre Sydney pour consulter un médecin. »

Journal de bord du Snark de Charmian Kittredge-London (2015)

A lire un 7 octobre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

9782253006312_1_75« Chapitre VII

L’hymne du boulet

 

L’Observatoire de Cambridge avait, dans sa mémorable lettre du 7 octobre, traité la question au point de vue astronomique ; il s’agissait désormais de la résoudre mécaniquement. C’est alors que les difficultés pratiques eussent paru insurmontables en tout autre pays que l’Amérique. Ici ce ne fut qu’un jeu.

Le président Barbicane avait, sans perdre de temps, nommé dans le sein du GunClub un Comité d’exécution. Ce Comité devait en trois séances élucider les trois grandes questions du canon, du projectile et des poudres ; il fut composé de quatre membres trèssavants sur ces matières : Barbicane, avec voix prépondérante en cas de partage, le général Morgan, le major Elphiston, et enfin l’inévitable J.-T. Maston, auquel furent confiées les fonctions de secrétairerapporteur. »

De la Terre à la Lune de Jules Verne (1865)