La hache fasciste

Extrait de mon livre La Hache, éditions Le Murmure

Extrait de mon livre La Hache, éditions Le Murmure, 2022.

À la fin du xixe siècle, en Sicile, se constitue une ligue des travailleurs (fasci siciliani) aux tendances socialistes et anarchistes. Question faisceaux italiens, on se souvient surtout de 1919 : Fasci italiani di combatimento est un mouvement que fonde Benito Mussolini à Milan. Mussolini s’inspire alors lui aussi des faisceaux des licteurs romains. Porté par des fantasmes de nouvel Empire, l’héritage romain se sent aussi dans l’architecture mussolinienne: colossale, à des fins de propagande.

Des faisceaux au fascisme, on le voit, il n’y a qu’un pas, voire qu’une marche au pas sur Rome. Le Dictionnaire historique de la langue française l’enseigne: « FASCISME n. m. est un emprunt (1921) à l’italien fascismo, mot dérivé de fascio ‘‘faisceau’’, utilisé comme symbole politique en Italie, du latin fascis de même sens.»

Depuis, dans tout système politique de totalitarisme étatique et nationaliste, il y a la trace antique des faisceaux des licteurs romains. Il s’agissait d’un faisceau de baguettes (du bouleau, de l’orme), constitué en fagot, au milieu duquel se trouvait le manche d’une hache dont le fer dépassait. Tout autour il y avait des courroies. Ces faisceaux sont les attributs des licteurs, des hommes qui escortent les magistrats romains. Ils symbolisent la puissance de ce personnel politique et sa capacité à exécuter les sentences : les faisceaux flagellent, la hache tue.

En tout cas, c’est armé d’un -h que le fasciste devient facho. Et ça sent mauvais. Le poète Michel Leiris (1901-1990) définit astucieusement le mot faisceaux : « Fascisme: miasme affreux de scie et de hache » (Michel Leiris dans Langage Tangage ou Ce que les mots me disent, 1985).

Un commentaire sur “La hache fasciste

  1. Bonjour , 😊

    < Des faisceaux au fascisme, on le voit, il n’y a qu’un pas, voire qu’une marche …

    Si ‘ il fascio ‘ est le siège du parti national fasciste, il est troublant de constater , que le mot au singulier, se fait d’italien à la botte , à l’épis ou à la gerbe … mais aussi, que le faisceau, amas, ou la nouure … se brise et se brisera en mille morceaux , quand il va : ‘ Andare in un fascio ‘ ¡ !

    Aussi … La locution, ‘ far d’ogni erba un fascio ‘, étant faire flècHe de tout bois !!

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s