La bonne heure littéraire : Minuit

Incipit

« Spofforth remonte la Cinquième Avenue. Il est minuit. Spofforth se met à siffler. Un air dont il ignore le nom, mais de cela, il ne se soucie guère. C’est un air compliqué, un air qu’il siffle souvent lorsqu’il est seul. »

L’Oiseau d’Amérique de Walter Tevis

Un commentaire sur “La bonne heure littéraire : Minuit

  1. Le Parnasse contemporain (1876 ) – ‘ LE SOLEIL DE MINUIT ‘ Alphonse Lemerre (1838- 1912 ), Éditeur remarquable :

    ‘ Quand l’immémoriale antiquité des jours
    Commençait pour ce globe et ses vides séjours,
    L’obscure volonté selon qui la matière
    Se ruait à remplir sa destinée entière
    Faisait sur le désert universel des eaux
    Voguer des continents comme de grands vaisseaux ;
    Et, la nuit, sous l’œil clair des récentes étoiles,
    Les forêts s’emplissaient de vent, comme des voiles !
    Aucun pilote humain. Seul, le Hasard savant,
    Capitaine pensif qui veillait à l’avant,
    Par l’épaisseur des mers que le sillage échancre,
    Guidait les lentes nefs, et, parfois, jetait l’ancre,
    Soit quand l’Est bleuissait, soit quand avait grandi
    L’épanouissement des pourpres du Midi !
    Des îles, à l’arrière, ainsi que des chaloupes,
    Lourdes, traînaient, ou bien, plus légères, par groupes,
    Flottilles que l’on nomme à présent archipels,
    S’éloignaient sous l’azur ou la brume des ciels.

    Plus d’une, obéissant à son propre mystère,
    Tenta seule, ô destins ! l’infini solitaire.

    Donc, au septentrion de la sphère, un îlot
    S’échoua dans la paix hivernale du flot.
    Pendant amas de blocs que la banquise épaule,
    Ni l’âpre vent qui sort de la bouche du pôle,
    Ni les souffles du sud épouvantés des mers
    Ou le givre fleurit sur les glaçons amers,
    N’ont pu, depuis les jours, faire bouger de place
    Cette oasis de roc dans le désert de glace.

    Là, l’espace est blafard sous les deuils persistants
    D’un long minuit ! L’hiver a-t-il gelé le temps
    Dans le piége éternel d’une seule heure sombre ?
    Blême à peine, vers l’ouest, s’ébauche une pénombre,
    Sépulcre de brouillard où gît le soleil mort ;
    Et la neige aux grands plis, linceul royal du Nord,
    De la cime des monts aux profondeurs s’épanche.
    L’île déroule au loin sa solitude blanche
    Que prolonge la morne et terne inclinaison
    Des glaces de la mer vers le gris horizon,
    Et, miroir des pâleurs sans fin continuées,
    Le lourd ciel, en banquise agrégeant ses nuées,
    Stable ou s’entre-heurtant comme un glacier fendu,
    Semble un autre océan polaire, suspendu !
    Du sol mélancolique au dôme taciturne
    S’étage le profond crépuscule nocturne
    Où se meuvent des corps faits de neige et de nuit :
    Grand faucon, tourmentant l’air opaque, sans bruit ;
    Renne qui sur le cap broute une maigre touffe ;
    Pétrel pêcheur, dans l’ombre ou son râle s’étouffe
    Hérissant par faisceaux son court plumage brun
    Visqueux de la rosée amère de l’embrun ;
    Loup hurleur, aux reins forts, fauve louve, qui rôde
    Vers un terrier trahi par une brume chaude,
    Pendant qu’au loin s’allonge et plane en soulevant
    Les plis du soir, le geste étrangement vivant
    D’un noir tronc d’arbre hors d’une rocheuse fente,
    Ou d’un mort que sa fosse ouverte réenfante !
    Mais des formes bientôt se dissout le semblant,
    Obscur, dans le brouillard, pâle, dans le sol blanc ;
    Et, soit que pèse l’air sur la plaine dormante,
    Soit que, rude et rompant les sapins, la tourmente
    Roule aux gouffres, avec l’avalanche, les ours,
    La terre que poussa le vent des premiers jours
    Déploîra le désert de ses blancheurs funèbres
    Sous la lividité stagnante des ténèbres.
    (… ) ‘

    Source :https://fr.m.wikisource.org/wiki/Le_Parnasse_contemporain/1876/Le_Soleil_de_minuit

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s