La liberté conditionnelle du camion (de Duras)

J’ai vu ce film dont un délégué général du Festival de Cannes disait : « je n’ai jamais entendu personne dire : « J’ai hâte de le revoir ! » »
J’ai vu ce film à propos duquel Desproges disait «Duras n’a pas écrit que des conneries, elle en a aussi filmé».

Pour beaucoup, dans ce film : du R.A.S.

Duras et sa cinématographie rudasse.
J’ai vu ce film. 
Je l’ai vu.

Dispositif simple. 
Premier lieu. Une table à laquelle se trouvent une réalisatrice et son acteur principal. Marguerite Donnadieu et Gérard Depardieu. À l’aide de quelques feuilles, indiquant le destin de leurs personnages, ils jouent aux démiurges. Ils sont dieu à la table de travail.
Ils mâchent des feuilles de dialogues et prophétisent un film. Tout est dans la diction.
L’addiction.
Pas cher, le road-movie autour d’une table. Duras n’a pas obtenu l’accord de Simone Signoret : tant pis, pas de Camion pour la femme du héros du Salaire de la peur.

Un film. Un Duel sans Spielberg, avec un camion. À deux. Assis à une table. Un film punk, fauché, minimum minimorum.
Avec toutes ces feuilles de dialogues, le spectateur effeuille Marguerite. Il aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout.

Faute de sous, ils emploient des Si. C’est un film au conditionnel (et non au futur antérieur comme il a pu le lire ici ou là). C’est le temps des enfants. On dirait que je serais réalisatrice et tu serais l’acteur. Une liberté conditionnelle.

Deuxième lieu. On voit une route qui défile sous un ciel d’hiver. C’est le point du vue du camion.
Il y a un camion et il y a des ronds points. Tiens…
The Times They Are A-Changin.
Depardieu raconte que, durant le film, Duras chantait du Bob Dylan à tue-tête.

« Elle parle. Elle dit au chauffeur : « Vous êtes du parti communiste français ». Il lui dit : « Ça ne vous regarde pas.» Elle lui dit : « Vous savez, Karl Marx, c’est fini. » Elle dit toujours les prénoms. Marcel Proust. Pierre Corneille. Léon Trotsky. Karl Marx. Une manie. »

1979. Mad Max.
1977. Le Camion, Mad Marx.

Filmer, dit-elle. Le Camion, dies-el.

Et le camion ?
Il roule toujours.
La noblesse de la banalité.

Et si en ne détestant pas bruyamment Le Camion, on devenait soudain snob.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s