Bonne heure littéraire : 12h55

INCIPIT

« L’homme toucha le bouton et son siège abandonna la position verticale. Il se retrouva les yeux levés vers le plus proche des petits écrans situés juste sous les coffres à bagages, face à des mots et des chiffres qui se modifiaient au fil du vol. Altitude, température extérieure, vitesse, heure d’arrivée. Il avait envie de dormir mais continuait à regarder.
Heure à Paris. Heure à Londres.
“Regarde”, dit-il, et la femme hocha vaguement la tête tout en continuant à écrire dans un petit carnet bleu.
Il se mit à débiter les mots et les chiffres à voix haute parce que cela n’avait aucun sens, que c’était sans effet, de prendre note du détail de changements dont chacun se perdait instantanément dans le double bourdonnement du mental et de l’avion.
“Donc. Altitude trente-trois mille deux pieds. Voilà qui est net et précis. dit-il. Température extérieure moins cinquante-huit degrés C.”
Il se tut, attendant qu’elle dise “Celsius”, mais elle garda les yeux fixés sur le carnet posé sur la tablette en face d’elle et réfléchit un moment avant de se remettre à écrire.
“Donc. Heure de New York douze heures cinquante-cinq. Du matin ou du soir, ce n’est pas dit. Et d’ailleurs on n’a pas besoin de le savoir. »

Le Silence de Don DeLillo (2021)

Un commentaire sur “Bonne heure littéraire : 12h55

  1. Bonjour, 🙂

    < Donc. Heure de New York douze heures cinquante-cinq …

    😉 En attendant, … et sur terre du Québec, c’est ‘ Onze heures moins cinq ‘, & … panique dans la ville … des … ‘ Secrétaires Volantes ‘ … ça se sait !

    Bon dimanche, amitiés !

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s