15/25 Mediapart et son club

Ce qu’il y a de bien avec les calendriers de l’Avent, c’est leur retour annuel (l’équivalent de 2020 est ici).

Cherchant l’un, on trouve l’autre. Et si on s’interrogeait sur des mots qui se ressemblent  ? Le Net est un grand pourvoyeur de confusions. Homonymes, homophones. Avec Internet, il faut être prudent. Une sérendipité réfléchie nous donnera davantage de distinction pour briller en société.

Il y a Mediapart et il y a le club de Mediapart.

La confusion est faite par ceux qui ne connaissent pas bien le fonctionnement du journal. « C’est écrit dans Mediapart », dit-on au café du blog du commerce.
La confusion est parfois entretenue par celles et ceux qui écrivent, qui ont un blog.« J’écris dans Mediapart »
D’ailleurs, quelle préposition adopter « dans » le journal, « sur » le net… ?

Même si ce media part d’un bon sentiment, d’une saine liberté d’expression, cette confusion fausse la réception des textes. Sur la toile, la différenciation n’est pas très nette.

Est-ce que mon texte est de qualité ou est-ce la marque Mediapart qui lui donne de l’intérêt ?
Le billet est régulièrement un biais par rapport à la direction principale du journal. Le blog est un flou pour l’homme.

Il fallait faire chambre, caisse de résonance à part.

Voila pourquoi avec les années, les blogs du clubs ont hérité d’inscriptions de mise en garde : « Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart », « Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus», « Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication ». Sans parler des miniatures spécifiques qui apparaissent lors des partages de billets de blog.

Et puis le nom des auteurs est en bleu. La classe.

« Ne dites pas à ma mère que j’appartiens à un club, elle me croit journaliste à Mediapart. En fait,  j’écris dans le club de Mediapart parce que je paye pour ça et…pour que le journal existe. »

La gratuité d’accès des billets de blogs est à double tranchant. Elle accorde des facilités à ceux qui veulent instrumentaliser le crédit du journal Mediapart. Sans être abonnés, ils ont la possibilité de faire circuler des textes issus de simples blogs.

Le journal a pour seule ressource l’abonnement de ses lecteurs. Des lecteurs qui n’écrivent pas tous. Ceux qui écrivent peuvent apprécier la possibilité d’une Une et la visibilité accrue de leurs propres productions.

Est-ce que certains polygraphes, certains auteurs compulsifs auraient choisi le credo « pas un jour sans un ligne » pour rentabiliser leur abonnement ? Parce que « Plus on écrit moins ça coûte cher » ? Un peu comme les feuilletonistes d’autrefois qui tiraient à la ligne pour être payés plus. On tire à la ligne pour rentabiliser l’abonnement ?

9 commentaires sur “15/25 Mediapart et son club

  1. Bonjour, 😊

    < Il y a Mediapart et il y a le club de Mediapart …
    En tous cas, pour le ‘ club de Médiapart ‘, 😉 you name it … and that’s the way it goes …
    < Le blog est un flou pour l’homme … Excellent !!

    You can name it …« Le Club est l’espace de libre expression des abonnés de Mediapart » … d’un peu de tout ça … des fois ¡ !

    Bises aux bons camarades, amitiés et meilleurs souvenirs

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s