C’est un joli nom, Striketober, tu sais

C’est un néologisme qui vient des USA.
Pas une vague secousse, mais une vague qui secoue le monde salarié. Une vague qui déferle. On se presse de prendre de l’ampleur pour ne pas finir en pleurs.

Striketober. Quelque chose s’est cassé mais faut voir quoi. Là, une contraction linguistique entre Strike (grève) et October (La grèvobre ?), grâce au « Stick to the union » de Guthrie et Seeger.

Un mot employé sur les réseaux, notamment par Alexandria Ocasio-Cortez, AOC en guise d’AOC contre l’au-rabais ultralibéral.
Depuis plusieurs semaines, octobre sent à nouveau la révolution. Chez John Deere, chez Kellogg’s, etc.

Cette contraction engendrée par un marché tendu et les effets de la pandémie.
Monde dégénéré qui affiche, par temps de crise, une richesse générée.

La précarité joue des coudes pour se faire entendre des prés carrés. Une fronde nationale revigorante.
L’heure est grave et à la grève.

Une contraction sociale dans l’industrie, les services, les transports qui accouchera de quoi ? Cela reste à voir. Mais l’espoir est là d’un monde plus juste.

Dans ce contexte de prise de conscience des travailleurs, le soutien aux syndicats est massif. Alors qu’on allume en Grèce la flamme olympique, ça brille aux USA, They’re on fire.

« Don’t mourn, organize! » disait Joe Hill

2 commentaires sur “C’est un joli nom, Striketober, tu sais

  1. « American Tune »

    Many’s the time I’ve been mistaken
    And many times confused
    Yes, and I’ve often felt forsaken
    And certainly misused
    But I’m all right, I’m all right
    I’m just weary to my bones
    Still, you don’t expect to be
    Bright and bon vivant
    So far away from home, so far away from home

    And I don’t know a soul who’s not been battered
    I don’t have a friend who feels at ease
    I don’t know a dream that’s not been shattered
    or driven to its knees
    But it’s all right, it’s all right
    For we’ve lived so well so long
    Still, when I think of the road we’re traveling on
    I wonder what’s gone wrong
    I can’t help it, I wonder what’s gone wrong

    And I dreamed I was dying
    I dreamed that my soul rose unexpectedly
    And looking back down at me
    Smiled reassuringly
    And I dreamed I was flying
    And high up above my eyes could clearly see
    The Statue of Liberty
    Sailing away to sea
    And I dreamed I was flying

    We come on the ship they call the Mayflower
    We come on the ship that sailed the moon
    We come in the age’s most uncertain hour
    and sing an American tune
    But it’s all right, it’s all right
    You can’t be forever blessed

    …Still, tomorrow’s going to be another working day …

    And I’m trying to get some rest
    That’s all, I’m trying to get some rest … …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s