All the lonely people, Where do they all come from, Eleanor ?

All the lonely people
Where do they all come from ?

    Une interrogation qui incite à ne pas accepter ces vies gâchées, à ne pas les considérer comme des fatalités. Sinistre clan Destin et ses familles tragiques.
    La chanson Eleanor Rigby répète trois fois ce refrain. Trois fois la même question.

    Un peu d’Histoire vous rappelle qu’il y a toujours des laissés pour compte, que le système trie, toujours plus intéressé par les économies et les chiffres que par les humanités en friche. Un peu de sociologie souligne que le capitalisme fait plus de victime du côté des femmes. 
    On a dit que j’étais la veuve d’un soldat mort à la guerre. On a dit que j’étais une prostituée.
    
    Peu importe, je suis une femme.

    La solitude a augmenté depuis les années 60 et les femmes lui paient un large tribut. Pas celles qui l’ont choisie, mais celles qui y sont tombées.

    Et cela ne relève pas du petit bout d’une lorgnette marxiste. Je suis un prénom. Un nom. L’idée d’une femme obscure sous la nuit solitaire. Un personnage, né d’un bout de papier raturé et de feuilles froissées, qui déboule de papier hors de sa nuit froide. Voire glacée comme le mur d’une église à laquelle plus personne n’est fidèle, sauf le salpêtre.

Je m’honore d’être Eleanor Rigby.

Un cœur simple qui s’est mis à battre dans une poitrine à Liverpool.

La plus jeune fille de Karl Marx s’appelait aussi Eleanor. Une militante et féministe. Elle rassembla et publia les écrits de son père.

    J’ai donc le même prénom que celle qui passa pour la « Sage-femme du Capital » puis traduisit Mme Bovary de Flaubert, le père de Félicité, au cœur simple et seul.
    La fille du philosophe allemand apprit à parler en langue anglaise. Elle passa son enfance dans les quartiers les plus pauvres de Londres et en vit de ces vies gâchées.

    Alors, tu le sais toi, Eleanor Marx, d’où elles viennent ces femmes seules ?

    Quelles sont les causes de ces accidents, de ces chutes ? 
    
    Pourquoi ces humains sont-ils déchus de leur humanité ?

    Back in the U.S.S.R

    Le froid intérêt. Les eaux glacées du calcul égoïste.

    D’où viennent tous ces gens seuls dont pas un seul ne rit ? 
    D’un État négligent.
    D’un système décourageant.
    D’un tri outrageant.
    Girés du giron de l’État. 
    Dans la souricière d’une société nourricière sous condition.

    Évidemment que ce n’était pas le propos des Beatles de faire des chansons marxistes. Lennon, pas Lénine. Si Marx avait avoir avec la pop, c’est par son statut d’icône. L’Icône pop du XXème siècle qui méritait de figurer sur l’album Sgt Pepper’s Lonely Heart Club Band

    Lonely heart.
    Oui, Lonely, on y revient.

    
    Dans un délire pop propre à l’époque, les artistes Peter Blake et Jann Haworth se chargeront de faire apparaître le vieux Karl entre Oliver Hardy et H.G Wells.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s