Chaplin, Tex Avery puis Jim Carrey

Il est celui dont la tête semble familière.

« Votre tête m’est familière » répète-t-on au personnage d’amnésique qu’il joue dans le capraesque The Majestic (2001). Un visage familier que personne ne parvient à identifier sur le coup. (Un peu comme ce film The Majestic où tout est méconnaissable : Capra, Jim Carrey et l’odieux MacCarthysme aseptisé, bref, c’est pas son meilleur 😉 )

Ce Canadien (comme le désigne régulièrement l’auteur) et que beaucoup doivent croire états-unien a, oui !, une tête qui semble familière. 

Et pourtant, vertige de l’acteur, il n’a pas de visage, il n’a pas de nom (uniquement celui de ses personnages) : des grimaces et un masque. 

De quoi creuser, dévoiler, s’arrêter sur cette figure. Certes, comme tout acteur lambda – ὑποκριτής (hypokrites), c’est l’acteur en grec – porte un masque qu’il double, qu’il augmente, lui, de grimaces ace-grincho-scroogiennes.

Quel masque ! Un qui démasque. Le livre s’intitule justement JIM CARREY L’Amérique Démasquée.

C’est l’hyper-acteur. Elève de la Reactor-Studio, le corps en mouvement permanent, le strabisme du Strasberg. La poussière et la foule se soulèvent à son passage. C’est du rire plaqué sur du mouvement. Il est le roi du Débloque-BlockBuster, du Buster qui en fait des tonnes et des toons.

Avec ces cinémas fermés (et de nouveau ouverts, tiens comme dans The Majestic), cette bourrasque d’histoire du cinéma est la bienvenue. Il était temps et judicieux, pour y voir plus clair, de plaquer l’énergie de Jim (l’énerjim) sur du papier.

On connait le potache qui fait tache (Ace Ventura en Afrique et la scène du rhino, d’urino-caca-scato), le décape et épais, et cet humour surtout en vogue dans les journaux scatos de gauche, ses comédies familiales dégénérées. Sous ce vernis comique se cache une dynamique huilée (de la dynamite) qui pulvérise les conventions, la bienséance, dans un lourd contexte politique de Bush à Clinton et, en ghost-bonus, Trump. Une gestuelle au miroir de la geste états-unienne.

Jim Carrey a un grain qu’il utilise pour gripper la machine hollywoodienne. Comme Charlot.
Il appartient à la famille de Charlie Chaplin et de Tex Avery. Quand on aime les deux, on s’y retrouve et on comprend mieux l’acteur. Le parallèle fait avec Charlot et le slapstick emballe. Par exemple, Chaplin voit son monde de pantomime s’effondrer à l’arrivée du parlant. De même Carrey voit le sien vaciller à l’ère du tout-numérique. La chimie numérique vs son corps élastique.

La Carrey’s carreer a érigé l’idiotie au rang des Beaux-Arts, salutaire réponse au body-buildage d’une force qui va, dans les 90s, qu’elle soit incarnée par Stallone ou Schwarzenegger. Une ode à l’énergie gaspillée, au sur-place, une voix à toon. Vive le testoonstérone !

Le livre est rose comme un chewing-gum, bonbon d’Hollywood, et c’est un régal de lire une monographie sur un acteur qui a pris place dans un décor de cartoon pâte. Sur la lancée, on aimerait bien imaginer Jim Carrey heureux (et nouveau Jim Stewart d’un nouveau Capra). En réalité, c’est un rose qui combat, comme le jour combat la nuit, le côté sombre de l’acteur, ses dépressions, ses addictions, ses rôles qui flirtent avec la schizophrénie (voir Man on the Moon) jusqu’à ce que vienne le temps du conformisme, le temps d’une Robin Williamsisation, l’entrée dans le cercle des grimaces disparues.

Il faut lire ce livre revigorant, stimulant, dans un parfum d’enfance ou d’adolescence, puis, surtout, piocher dans la filmo de Jim Carrey.


Au début de la pandémie, The Mask s’était imposé. Après avoir vu Menteur, Menteur, Ace ventura, The Majestic, Man on the Moon, prochain arrêt : Eternal Sunshine of the Spotless Mind.

Le livre a été rapidement épuisé pour être de nouveau disponible. Preuve que l’énergie de Jim Carrey, c’est pas du chiqué.

Jim Carrey, l’Amérique démasquée d’Adrien Dénouette, Façonnage éditions, 2020

5 commentaires sur “Chaplin, Tex Avery puis Jim Carrey

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s