Tavernier ou l’art, enivré

Pas un cinéaste dont j’ai autant vu les films. Pas un cinéaste que j’ai autant écouté. Pas un cinéaste que j’ai autant lu. Au cinéma. A la radio. A la télé. Dans la presse. Dans les pages d’un livre.

Chaque fois que je le pouvais.

Avec un homme somme du cinéma, chaque rendez-vous compte. Un gai savoir, une encyclopédie joyeuse.
Pas un cinéaste dont je regrette autant la disparition. Nous ne verrons pas son projet d’adaptation d’un roman de Russel Banks.

Pas un cinéaste ? Pas un seul artiste. Pas un seul homme engagé, grand écran et grande gueule, j’aimais sa voix tremblée.

Épris du cinéma en général. De tous les cinémas. Un homme de liberté, d’égalité, de fraternité.

Mon goût pour les westerns, je lui dois de l’avoir aiguisé (Boetticher et De Toth). Je chéris autant la collection cinéma chez Actes Sud, L’Ouest le vrai, que ces présentations avisés de westerns avec Patrick Brion.

J’aimais ses exercices d’admiration. S’il avait la dent dure, l’engagement citoyen, il passait beaucoup plus de temps à admirer, à s’émerveiller.
Grâce à lui, grâce à ses conseils, j’ai lu, j’ai regardé.

Son écharpe (ou son bandeau) rouge me guidait avec panache.

Un véritable passeur. Un pédagogue, un fin tacticien didacticien.

Il disait écrire pour comprendre. C’est un enseignement que je comprends.

Il n’est pas mort. Le livre fait vivre. Encore tant de livres et de films à lire et à voir sur ses conseils. Et la certitude d’être encore heureux.

Beaucoup de ses livres nourrissent ma bibliothèque. Il y a quelques jours encore, je lisais son dernier livre. Un entretien en guise de complément à ses Amis américains.

J’envie ceux qui n’ont encore rien vu ou rien lu. Que votre fête commence !

« Tavernier » s’anagramme en « Art, enivré ».

La passion selon Bertrand.

Un savoir livresque, un savoir l’ivresse.

4 commentaires sur “Tavernier ou l’art, enivré

  1. À Everton, c’était l’Horloger , de Georges Simenon (1950) …
    « Un personnage de roman, c’est n’importe qui dans la rue, mais qui va jusqu’au bout de lui-même. »

    Celui de St Paul le suivit de peu , en 1974 …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s