Le Pire Noël (25/25, Va d’l’Avent)

Et si on faisait une petite prose ? L’objet en poésie, ça vous dit ? On y parlerait d’objet d’admiration pour oublier les objets de consommation. Et ce ne serait pas triste. Des textes à la manière de Francis Ponge. Vous avez vu ? Le dernier mot qui m’a servi était Ponge.

L’objet de la fin revient à une revue, à un vieux magazine. C’est le numéro de Noël du magazine de rock Best. On est 1991. La revue coûte 24 francs.

En Une, Shane Mac Gowan, le chanteur des Pogues, encore édenté, endormi.
Il est déguisé en Pire Noël. Faut dire qu’ll est né un 25 décembre, en 1957, dans le Kent. Faut dire qu’il a un peu bu. A cause de la fête.

On pourrait sous-titrer la photo : «Happy Christmas your arse, / I pray God it’s our last »

En période de Noël, son duo avec Kirsty MacColl, Fairytale of New York (1987), est l’hymne des pubs anglais.

Un jour, Elvis Costello mit MacGowan au défi d’écrire la plus grande chanson de Noël.
Shane MacGowan raconte : « Je me suis assis, j’ai ouvert une bouteille de sherry, sorti des cacahuètes et j’ai fait comme si c’était Noël. (…) C’est assez bâclé … mais c’est une balade irlandaise sur laquelle vous pouvez faire une valse rapide, particulièrement quand vous avez trois pintes dans le sang… (…) Mais la chanson est plutôt déprimante à la fin. Elle parle de ces vieilles stars irlando-américaines de Broadway qui se demandent à Noël si les choses vont aller.»

La chanson, dit-on, sera achevée dans un hôtel en Suède sur fond de fièvre et de double pneumonie mais pas loin du Père Noël. Les ondes, ça s’appelle.

Comme titre Elvis Costello aurait suggéré«Christmas Eve in the Drunk Tank». Etrangement, la proposition n’a pas été retenue. Pas de Veille de Noël en cellule de dégrisement au sommet des charts.

Actuellement, sa chanson de Noël est aseptisée sur les ondes de la BBC. Elle est purgée, bipée, pas de «slut», ni de «faggot». Le Dictionnaire des épithètes de Maurice de La Porte (1571) n’approuve pas cette version retranchée. Nick Cave qualifie la version qui passe sur les ondes de falsifiée, frelatée, aseptisée, stérilisée.

Pourquoi la biper ? Autant l’interdire, ne pas la passer. L’enfer c’est pas les autres, les états-uniens, on se souvient de Brassens, de Renaud.

«You’re a bum, / You’re a punk, / You’re an old slut on junk, / Lying there almost dead on a drip in that bed. / You scumbag, / You maggot, / You cheap lousy faggot, / Happy Christmas your arse, / I pray God it’s our last / The boys of the NYPD choir still singing “Galway Bay”, / And the bells were ringing out, for Christmas day.»

5 commentaires sur “Le Pire Noël (25/25, Va d’l’Avent)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s