Bonne heure littéraire : 07h20

À lire à l’heure

« La pluie dura toute la nuit et bien que, selon le calendrier, le soleil se levât à 7 h 20, il n’était pas loin de 9 heures quand il fut assez fort pour percer les nuages et répandre sur Stockholm un jour incertain et nébuleux.


L’autobus rouge était toujours en travers du trottoir de Norra Stationsgatan dans la position où il s’était arrêté dix heures plus tôt.
Mais c’était le seul élément qui n’avait pas changé. À présent, une cinquantaine d’hommes allaient et venaient à l’intérieur de la zone interdite et, derrière les cordes, la foule des curieux ne cessait de grossir. Beaucoup n’avaient pas bougé de là depuis minuit. Ils avaient vu des policiers, des secouristes, toutes les catégories possibles de véhicules d’urgence aux sirènes hurlantes. Ç’avait été la nuit des sirènes. Sans interruption, des autos avaient remonté et redescendu les rues engluées de pluie, sans raison apparente.
Personne ne savait au juste de quoi il s’agissait mais un petit mot transmis de bouche à oreille s’était rapidement propagé en cercles concentriques à travers la foule, dans le quartier, dans  toute la ville, un petit mot qui avait fini par acquérir une réalité concrète qui se répétait d’un bout à l’autre du pays. Qui avait à l’heure qu’il était franchi les frontières.
Hécatombe.
Massacre à Stockholm.
Hécatombe dans un autobus de Stockholm.
C’était au moins une chose que tout le monde savait.
Et l’on n’en savait guère plus à Kungsholmsgatan, le quartier général de la police. On ne savait même pas très bien qui était chargé de mener l’enquête. La confusion était totale. Les téléphones sonnaient sans discontinuer, des gens entraient et sortaient, les planchers étaient sales et ceux qui les salissaient étaient irascibles, poissés de transpiration et de pluie.
— Qui s’occupe d’établir la liste des victimes ? s’enquit Martin Beck.
— Je crois que c’est Rönn, répondit Kollberg sans se retourner.
Il était en train de fixer un plan au mur à l’aide de papier collant. Le carton, qui mesurait trois mètres de long sur plus de cinquante centimètres de large, était difficile à manier.
— Est-ce que quelqu’un peut me donner un coup de main ? demanda-t-il. »

Le policier qui rit de Maj Sjöwall et Martin Beck

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s