Si à cinquante ans tu n’as pas enfourché un tigre…

Si, à cinquante ans, plus personne n’a entendu le rugissement du tigre au fond des bois, l’être humain a raté sa vie.

Il y a quelques années circulait le slogan « Ensemble, sauvons les tigres ».

Les vies des tigres valent mieux que les profits des gens à Rolex.

Mowgli, Calvin ne grandiront jamais. Ils ne sauront jamais la réalité du décompte. En 2017, le nombre de tigres sauvages oscillait entre 3000 et 4000 selon le WWF et le Global Tiger Forum (GTF).

L’animal a évidemment toute notre sympathigre. Mais il sait bien que liker avec un pouce en orange et des rayures faites au feutre noir n’est qu’une étape. Cela ne peut pas résister aux inconscients pareils au gars à la chevelure orange qui promit, en un tweet, la colère et le feu.

Des clins d’œil en forme déclin deuil.

Et maintenant, il faudrait l’enfourcher ? Jupiter se prend pour Tiger King. L’abonnement Netflix a ses limites.

Un signe de vie ? Des empreintes ? Pattes à traces, tout s’est effondré ! État d’éjection. Programme Dead. La vie du tigre est fragile.
On répartit les miettes. Aux Zoo, l’être humain reconnaissant. Sans parler des fermes à tigre et leurs tigroirs caisses. La fourrure, les os, rien ne se perd. Là, c’est de la reconnaissance de dettes.

Rien ne se perd ? Hum…si l’homme perd toujours une occasion de se terrer au fond des bois lorsqu’il déforeste en dépit du bon sens. Abattre des arbres pour créer des espaces verts en forme de terrain de foot où il s’amusera joyeusement de tel « Tigre » qui marque un but de la tête, en « renard des surfaces ».

Tant pis pour l’homme en général. Lui, le sait : le tigre est en grand danger d’extinction.

La bête habite de moins en moins la Terre. Le plus gros félin fait actuellement son coming-miaout. Bientôt le mot tigre fera juste penser à un moustique. Un de ceux qu’il a abattus hier soir en pleine lecture.

Maurice de La Porte (1571) évoque, à propos du tigre, l’adjectif « inhumain ». Une sorte de compliment, non ? Et l’actualité de nous promettre des solutions à condition d’enfourcher le tigre. Les hommes, mangeurs de tigres sont incorrigibles.

L’homme, depuis Rocky III, s’amuse avec L’œil du tigre. Et le deuil du tigre, ça l’amuse ? Oui, il file la métaphore. Poète, vos papiers, votre attestation dérogatoire.

5 commentaires sur “Si à cinquante ans tu n’as pas enfourché un tigre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s