La bonne heure littéraire : 12h25

À lire à l’heure

index« Quand j’ai ouvert l’œil, j’ai essayé de deviner l’heure à l’intensité du jour qui filtrait par le contrevent. J’ai pensé : « Il est dix heures douze. » Le radioréveil indiquait douze heures vingt-cinq. Ça m’a mis de mauvaise humeur. D’abord parce que je m’étais trompé, parce que le temps avait filé plus vite que je ne l’avais ressenti et surtout parce qu’une fois encore, j’allais me lever tard. Je n’aimais pas ça mais je n’arrivais pas à faire autrement. »

Tous les matins je me lève de Jean-Paul Dubois (1988)

3 commentaires sur “La bonne heure littéraire : 12h25

  1. LVIII

    CHANSON D’APRÈS-MIDI

    ________________________________________

    « Quoique tes sourcils méchants
    Te donnent un air étrange
    Qui n’est pas celui d’un ange,
    Sorcière aux yeux alléchants,

    Je t’adore, ô ma frivole,
    Ma terrible passion !
    Avec la dévotion
    Du prêtre pour son idole.

    Le désert et la forêt
    Embaument tes tresses rudes,
    Ta tête a les attitudes
    De l’énigme et du secret.

    Sur ta chair le parfum rôde
    Comme autour d’un encensoir ;
    Tu charmes comme le soir,
    Nymphe ténébreuse et chaude.

    Ah ! les philtres les plus forts
    Ne valent pas ta paresse,
    Et tu connais la caresse
    Qui fait revivre les morts !

    Tes hanches sont amoureuses
    De ton dos et de tes seins,
    Et tu ravis les coussins
    Par tes poses langoureuses.

    Quelquefois, pour apaiser
    Ta rage mystérieuse,
    Tu prodigues, sérieuse,
    La morsure et le baiser ;

    Tu me déchires, ma brune,
    Avec un rire moqueur,
    Et puis tu mets sur mon cœur
    Ton œil doux comme la lune.

    Sous tes souliers de satin,
    Sous tes charmants pieds de soie,
    Moi, je mets ma grande joie,
    Mon génie et mon destin,

    Mon âme par toi guérie,
    Par toi, lumière et couleur !
    Explosion de chaleur
    Dans ma noire Sibérie ! »

    Charles Baudelaire ‘SPLEEN ET IDÉAL’(1861)

    source: https://fr.wikisource.org/wiki/Les_Fleurs_du_mal/1861/Chanson_d%E2%80%99apr%C3%A8s-midi

    J’aime

  2. À midi, font irruption sur la Perspective Nevski, les précepteurs de toutes nationalités, avec leurs élèves en col de batiste. Les Johns anglais et les Cocos français vont bras dessus bras dessous avec leurs pupilles confiés à leur paternelle sollicitude, et leur expliquent avec la gravité adéquate que les enseignes de magasins sont faites pour que par leur truchement l’on puisse savoir ce qu’on trouve dans lesdits magasins. Les gouvernantes, pâles misses et Slaves vermeilles, suivent majestueusement leurs fillettes légères et pétulantes, en leur disant de lever un peu plus haut l’épaule et de se tenir plus droites ; bref, à ce moment, la Perspective Nevski est une Perspective Nevski pédagogique.

    La perspective Nevski – Nouvelles de Pétersbourg – Nicolas Gogol

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s