A lire un 28 novembre

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

6424_327239« La nuit du 28 novembre, elle avait à nouveau rêvé :

Je me réveille en sursaut. Dans l’obscurité de la chambre à coucher, il me semble sentir la présence de quelqu’un, mais, une fois levée, il n’y a personne, rien que l’ombre blanche de la lune sur la porte. Je reste assise sur le lit, je sais que ce rêve est important. »

Profondeurs de Henning Mankell (2014)

Un commentaire sur “A lire un 28 novembre

  1. Paul Éluard (« Le temps déborde » – en poétisant la mort par trop brutale de NUSCH, le 28 novembre 1946 )

    « Vingt-huit novembre mil neuf cent quarante-six

    Nous ne vieillirons pas ensemble.
    Voici le jour

    En trop : le temps déborde.

    Mon amour si léger prend le poids d’un supplice. »

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s