A lire un 26 août

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

product_9782070108053_180x0« Simon, éveillé le premier, nous interpelle dans le désordre de ce matin vingt-six août. Nous allons reprendre la route. Il est trois heures et demie. Il fait nuit encore. André bouscule Bracovan.

— Allez, sommes en retard.

Nous sommes toujours en retard. Arriverons-nous à échapper chaque jour, chaque matin, aux mains des Allemands ? Le long du chemin, contre les talus, des formes noires. On me dit que ce sont des sacs ; des soldats profitent de l’obscurité pour s’en défaire. Dans les fossés, des hommes couchés ne se sentent même pas la force de nous regarder partir. »

La retraite de Guy de Maupassant (1884)

Un commentaire sur “A lire un 26 août

  1. Lettre à Louise COLET, du 26 août 1846,

    « La poésie est une plante libre ; elle croit là où on ne la sème pas. Le poète n’est pas autre chose que le botaniste patient qui gravit les montagnes pour aller la cueillir. »
    Gustave FLAUBERT (1821-1880) …

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s