A lire un 13 août

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

9782253011019-001-T« Le mardi 13 août 1315, à l’aube crevant, les habitants du petit bourg de Saint-Lyé en Champagne furent éveillés par des cavalcades venant et du nord et du sud, par les routes de Sézanne et de Troyes. »

Les Rois maudits de Maurice Druon (1955)

6 commentaires sur “A lire un 13 août

  1. « Au Rendez-Vous Allemand », En plein mois d’août, 1944

    « En plein mois d’août un lundi soir de couleur tendre
    Un lundi soir pendu aux nues
    Dans Paris clair comme un œuf frais
    En plein mois d’août notre pays au barricades
    Paris osant montrer ses yeux
    Paris osant crier victoire
    En plein mois d’août un lundi soir

    Puisqu’on a compris la lumière
    Pourra-t-il faire nuit ce soir
    Puisque l’espoir sort des pavés
    Sort des fronts et des poings levés
    Nous allons imposer l’espoir
    Nous allons imposer la vie
    Aux esclaves qui désespèrent

    En plein mois d’août nous oublions l’hiver
    Comm on oublie la politesse des vainqueurs
    Leurs grands saluts à la misère et à la mort
    Nous oublions l’hiver comme on oublie la honte
    En plein mois d’août nous ménageons nos munitions
    Avec raison et la raison c’est notre haine
    Ô rupture de rien rupture indispensable

    La douceur d’être en vie la douleur de savoir
    Que nos frères sont morts pour que nous vivions libres
    Car vivre et faire vivre est au fond de nous tous
    Voici la nuit voici le miroir de nos rêves
    Voici minuit minuit point d’honneur de la nuit
    La douceur et le deuil de savoir qu’aujourd’hui
    Nous avons tous compromis la nuit. »

    Paul ÉLUARD (1895-1952)

    Source : https://wikilivres.org/wiki/En_plein_mois_d%E2%80%99ao%C3%BBt

    Aimé par 2 personnes

  2. Troisième fable

    « Le ptit Lou s’ébattait dans un joli parterre
    Où poussait la fleur rare et d’autres fleurs itou
    Et Lou cueillait les fleurs qui se laissaient bien faire
    Mais distraite pourtant elle en semait partout
    Et perdait ce qu’elle aime
    Morale
    On est bête quand on sème. »

    Secteur des Hurlus, le 13 août 1915

    Guillaume Apollinaire (1880-1918), Poèmes à Lou
    Source: https://www.poetica.fr/poeme-5456/guillaume-apollinaire-troisieme-fable/

    J’aime

  3. (Extrait du New York Times, mercredi 13 août 1969, dernière édition.)
    « La plus grande évasion collective de l’histoire des établissements psychiatriques de l’État de New York : trente-trois malades du Queensborough State Hospital de Queens se sont évadés hier soir durant une représentation de Hair au Blovill Theater, en plein cœur de Manhattan.
    À 2 heures ce matin, dix d’entre eux avaient été repris par la police municipale et le personnel de l’hôpital mais vingt-trois resteraient introuvables.
    Les malades étaient restés tranquillement assis durant le premier acte de la célèbre comédie musicale au Blovill Theater, mais ils commencèrent à ménager leur évasion au deuxième acte. La plupart d’entre eux se faufilèrent sur scène en dansant sur la musique de la première partie du deuxième acte « Where do I Go ? », ils se mêlèrent aux acteurs, puis gagnèrent les coulisses et enfin la rue. Les spectateurs ont cru, semble-t-il, que l’intervention des malades faisait partie de la représentation.
    Les autorités hospitalières déclarent que quelqu’un aurait visiblement falsifié la signature d’un directeur de l’hôpital, le docteur Timothy J Mann, apposée sur des documents donnant ordre à des membres du personnel de prendre les dispositions nécessaires pour assurer le transport au théâtre de trente-huit malades du service des admissions en affrétant spécialement un car. Le docteur Luciudc Rhinehart que les documents falsifiés avaient invité à organiser et a dirigé cette expédition a déclaré que, occupé ainsi que les surveillants à retenir les trois ou quatre malades éventuellement dangereux, il avait été dans l’impossibilité de poursuivre la majorité des autres au moment de leur fuite dans les coulisses. Au total, cinq malades furent retenus dans l’enceinte du théâtre.
    « Cette excursion n’aurait pas dû avoir lieu à une telle heure ni dans de telles conditions ; elle était en fait ridicule et je le savais, a-t-il dit mais j’ai essayé en vain par quatre fois de joindre le docteur Mann pour l’interroger sur ce que j’avais à faire et, faute d’y parvenir, je n’avais plus qu’à essayer de la mener à bien. »
    D’après la police, l’importance de cette évasion collective, le caractère de certains patients qui en font partie, les faux nombreux et compliqués nécessaires pour tromper les membres du personnel responsable, semblent indiquer un complot d’envergure.
    Parmi les évadés figurent Arturo Toscanini Jones, membre du Black Party qui avait fait naguère parler de lui en crachant à la figure du maire John Lindsay au cours d’un de ses bains de foule à Harlem, et le hippie bien connu Éric Cannon, dont les admirateurs ont récemment fait scandale pendant la messe de Pâques à la cathédrale Saint-John-the-divine.
    La liste complète des évadés n’a pas encore été rendue officielle par les autorités de l’hôpital, qui attendent d’avoir pu prendre contact avec les familles des fugitifs.
    La plupart d’entre étaient vêtus d’uniformes kaki et de T-shirt et ne portaient pas de chaussures de ville mais des tennis, des sandales ou des pantoufles. On apprend même, de source digne de foi, que certains étaient en veste de pyjama ou en peignoir de bain.
    La police signale que certains malades pourraient avoir des réactions violentes si on l’on tentait de les arrêter et recommande à la population de n’approcher tout fugitif reconnu qu’avec prudence. Elle précise qu’il y a parmi eux demande deux membres du Black Party de Mr Jones.
    Au moment de mettre sous presse, une enquête approfondie allait être engagée.
    Les responsables du Blovill Theater et de Hair Productions, Inc. ; ont démenti avoir organisé cette évasion à titre publicitaire».

    L’homme-dé – Luke Rhinehart

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s