A lire un 5 août

Éphémérides. Quand le calendrier se fait littéraire.

index« L’affaire commença, ce matin du 5 août, à la gendarmerie de Colmars, Basses-Alpes.

Odeur de café frais et portrait de Pompidou, dans le bureau à l’ameublement sommaire. Le gendarme Pacot enregistrait le renseignement du témoin…Celui-ce ne savait pratiquement rien, sinon qu’au lieu-dit la Grange-Rouge il y avait un malheur. »

Incipit de Contest-Flic de Jean Amila (l’ami, anar, le romancier)

Un commentaire sur “A lire un 5 août

  1. L’Été

    « Il brille, le sauvage Été,
    La poitrine pleine de roses.
    Il brûle tout, hommes et choses,
    Dans sa placide cruauté.
    Il met le désir effronté
    Sur les jeunes lèvres décloses ;
    Il brille, le sauvage Été,
    La poitrine pleine de roses.
    Roi superbe, il plane irrité
    Dans des splendeurs d’apothéoses
    Sur les horizons grandioses ;
    Fauve dans la blanche clarté,
    Il brille, le sauvage Été. »

    Théodore de Banville (1823-1891)

    Source: https://www.poetica.fr/poeme-203/theodore-de-banville-ete/

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s