Les gars, lisons !

374.photo.2Les filles lisent plus que les gars, c’est l’OCDE qui le dit.

«Les gars, lisons !» Let’s read !, comme un let’s ride ! C’est le cri de la compagnie des lecteurs, leur cri de ralliement.

Forts de l’Internationale des Bibliothèques, ces rats sont rats liés.

Bons lecteurs, bons livres et bonne compagnie. Une bonne compagnie qui ne se quitte pas. Leur transport en commun (plusieurs milliers d’exemplaires), c’est le lit-trop. Ils oublient souvent de descendre à l’arrêt prévu. La faute à tous ces noms d’écrivains invoqués par la voix du métro. Les portes se ferment et les livres restent ouverts.

C’est en lisant qu’on devient liseron, se marre Queneau du fond de sa volubile bibliothèque. C’est en fermant les livres qu’on ferme son esprit, rajoute les lecteurs inconditionnels.

En substance, lectrices et lecteurs ont tous ont une addiction.

Rien lire et laisser li’braire, ils ne peuvent pas.  Ils sont aliénés par leur trop-à-lire, leur psycho-trop. Ils font dans le traitement littéraire, l’imprimé sécable, la pause au logis. Ils aiment avoir les pieds sur terre dans leur terreau à héroïnes.

Ils sourient de ces prescriptions : « Que lire Rilke », « Lire que Dahl », « Je vous prescris De l’Amour »…

Ça fera 8€, la consultation de poche.

Ils piochent un peu partout où passent ces caméléons camés des mots. Une mouche qui vole, gloups !, et des pages qui se tournent.

Le livre délivre, dit-on. Eux, ils enchaînent les lectures. De livre en livre jusqu’à en perdre leur latin : ces écrits « volant » alors qu’ils devraient rien qu’à « manent » ! C’est la crise de la page vole.

Vive le plaisir sans fin que le tome pousse. Avec eux, les volumes ne partent pas en fumée, ni en nuées de scrupules. Ils ont toujours l’envie de s’en payer une belle tranche. Bibliothèque, étagère, marque-plage, voilà à quoi ils tiennent.

Ils font du Liseuse bashing : les seuls retro-éclairés qu’ils aiment, ce sont les classiques.

Chacun d’eux sait l’ire de ne pas lire. Il arrive à certains d’écrire…pour être lus.

Un commentaire sur “Les gars, lisons !

  1. < Il arrive à certains d’écrire…pour être lus … telle une « phrase-seuil », comme de l’incipit il s’en dit aussi ? Ça se pourrait ! ☺️ Qui sait ??? 🤔

    Joli cet article, mercis 😉

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s