EP 03. Le pouvoir du chien (1 roman, 2 traductions)

Quand lire, c’est lire deux fois. Un roman, deux traductions

Le pouvoir du chien de Thomas Savage publié en 1967.

Traduit en 2002 par Pierre Furlan (éd. Belfond et 10/18)

Traduit en 2019 par Laura Derajinski (éd. Gallmeister)

Episode 3, lecture et relecture du chapitre 3

Relevé subjectif de variantes. Un ‘ * ‘ marque une petite préférence.

Ça ou cela ? (avec en prime L’Auberge/The Inn et le moulin à vent/l’éolienne)

2002 : «  »Les voisins, bien sûr, puis les touristes qui eurent vent du suicide, montrèrent L’Auberge comme l’endroit où « ça » s’était passé, et les clients du saloon, en buvant et en regardant le moulin vent à tournoyer de l’autre côté de la route, admiraient le courage de la belle petite femme qui s’élançait hors de la maison pour décrocher le linge pendu au fil, tâtait tel ou tel vêtement et se penchait pour arroser les fleurs. » *

2019 : « Les voisins, bien sûr, puis les touristes qui avaient eu vent du suicide montraient du doigt The Inn comme l’endroit où « cela » s’était passé, et tandis que les clients buvaient dans le saloon, ils regardaient l’éolienne tournoyer et pensaient au courage de la jolie petite femme qui s’empressait de décrocher le linge sur le fil, qui arrangeait ce vêtement-ci ou celui-là, se penchait pour arroser les fleurs. »

 

Le Moulin rouge, ça, c’est Paris.

2002 : L’auberge devient le « Moulin rouge »

2019 : L’Inn devient « Red Mill » *

 

Les yeux d’Arcimboldo

2002 : Les yeux comme « deux betteraves cuites »

2019 : Les yeux comme « deux minuscules betteraves bouillies »

 

frenchbashing

2002 : « frenchy »

2019 : « bouffeurs de cuisses de grenouilles »

 

Périphrase pour désigner une locomotive

2002 : « la forte »

2019 : « la puissante » *

 

Le jargon pour les nuls

2002 : « C’était du jargon, à la fois ésotérique et argotique. De même que les coiffeurs appellent « coupe-chou » leur rasoir à main et que les médecins disent volontiers  « billard » pour « table d’opération », les gens des ranchs parlaient de « forte » pour dire « locomotive ».

2019 : « C’était du jargon, mi-argotique, mi-ésotérique. À l’instar des ingénieurs qui parlaient « d’étalon » comme valeur de mesure, ou des agents immobiliers qui « transmettaient des papiers » lorsqu’ils effectuaient un transfert de propriété, les ranchers employaient le mot « Puissante » pour évoquer une locomotive. »

 

Pitié pour les chats ?

2002 : comme « le nez au milieu de la figure »

2019 : « ni de près ni d’aussi loin qu’on puisse lancer un chat par la queue » *

 

Un commentaire sur “EP 03. Le pouvoir du chien (1 roman, 2 traductions)

  1. 😉 2019 : « ni de près ni d’aussi loin qu’on puisse lancer un chat par la queue » … :-< !!!

    En admettant que l'on se souvienne, que l' être humain, disposait lui aussi d'un appendice caudal, passé coccygien :… Voui, y'pourrait y avoir de ça … ?
    Amicales salutations, et bon dimanche, 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s